3 habitudes des entrepreneurs qui échouent

échec

Tellement d’articles et de contenu écrit sur les entrepreneurs qui réussissent qu’il est temps de regarder par l’autre bout de la lorgnette et se demander quelles sont les raisons pour lesquelles certains entrepreneurs se heurtent à un mur.

Voici 3 facteurs clés inhibant le progrès. Pire, ils accélèrent la chute des entrepreneurs peu vigilants:

1. Les circonstances sont incontrôlables

Il existe un contexte macro-économique: prix du pétrole, taux de chômage, etc.. sur lequel l’entrepreneur moyen n’a effectivement aucune emprise. Par contre, à un niveau micro-économique, celui-ci peut agir pro-activement et réellement changer les choses à son avantage. Les options existent, il faut avoir le courage de les explorer. Une question fréquente, celle de la concurrence: une fois réalisé qu’elle existe bel est bien, certains se fixent dessus et tentent de suivre leurs concurrents directs.

Ceci a pour effet d’emprisonner l’entrepreneur est de le maintenir dans une logique de ‘victime’: il sera toujours à la merci de ses concurrents puisqu’il réagit en fonction d’eux. Comment faire? Il n’y a pas de réponse toute faite, mais d’une manière générale, l’entrepreneur peut agir sur le contexte concurrentiel en proposant des produits/services/business model que ses concurrents n’ont pas adopté. Ainsi le suiveur devient le suivi.

2. Manque de buts à atteindre

L’expression ‘errer sans but’ prend tout son sens lorsqu’on parle de l’entrepreneur en difficulté. De façon routinière il va continuer son travail, servir ses clients existants comme il l’a toujours fait, et après? Savoir ce que l’on veut c’est savoir où l’on doit aller pour y parvenir, ce qui est déjà un bon départ dans le marathon qu’est l’entrepreneuriat.

En effet, beaucoup d’entrepreneurs sont des inventeurs: ils créent un service, un produit révolutionnaire mais il n’ont pas de finalité pour leur idée. Résultat, cette idée/business model flotte au gré des courants mais n’a aucune direction propre. Il faut impérativement mesurer les performances pour savoir ce qui fonctionne ou pas, puis mettre le cap sur une direction et ne plus en changer. Vous voulez 20 clients de plus pour l’année prochaine? C’est un but comme un autre, mais au moins vous savez ce qu’il vous reste à faire pour y parvenir.

Sans but, il n’y a pas de succès durable.

3. Ne prendre aucun recul

Si vous êtes du genre tête de mule, vous êtes bien parti pour réussir car vos idées fixes vous guident et ouvrent la voie. Le problème c’est qu’à trop savoir ce que l’on veut, on se bourre de certitudes. Rien n’est plus nocif pour une société et ses dirigeants que de continuer sur une voie sans issue alors que de nombreuses options existent. Ce point rejoint le premier: si l’on a le courage de se regarder en face, on a également le courage de voir ses faiblesses et de les corriger.

N’attendez pas qu’il soit trop tard pour prendre un peu de recul sur vous, vos employés, vos services. Envisagez les choses avec un oeil neuf permet toujours d’injecter du dynamisme et des idées fraîches.