L’elevator pitch en 7 points pour convaincre les investisseurs

pitch

Il est plus aisé de communiquer avec un investisseur si celui-ci saisi ce que fait votre entreprise. En tant que fondateur, vous serez amené à « pitcher » un nombre incalculable de fois. Alors pour être efficace, votre pitch devra être clair et concis.

Pour cela il vous faudra répondre à ces 7 questions. Si vous arrivez à passer au travers de ces points de manière succincte, alors vous aurez un coup d’avance.

  1. Qu’est-ce que vous faites ?

Commencer par le nom de votre société et ce qu’elle fait. Pas besoin d’exposer le problème, allez droit au but. Vous avez le droit de rester simple. En réalité, c’est même mieux. Utiliser un langage accessible. Vous devez leur mâcher le travail.

Si vous avez de la peine à communiquer votre produit simplement, prenez votre interlocuteur par la main, en vous mettant à la place de l’utilisateur. Exemple: « Nous somme Google. Nous avons construit un site avec un champ libre à l’intérieur. Vous tapez une question dans cet espace et nous vous montrons les sites web qui y répondent. » Prendre la perspective de l’utilisateur peut s’avérer plus simple et évite les explications plus techniques. Parler d’indexation aurait été plus difficile à saisir.

Votre objectif en répondant à cette question ne doit pas être de faire comprendre à votre interlocuteur l’ensemble de vos activités, mais plutôt de suffisamment l’intéresser pour qu’ils posent d’autres questions.

  1. Quelle est la taille du marché ?

Il y a deux manières d’obtenir la taille du marché. Si vous entrez dans un marché existant, vous pouvez la rechercher. Si vous créer un nouveau produit, vous pouvez estimer le nombre de clients qui pourraient vouloir votre produit et le prix que vous pourriez leur faire payer.

Quand vous estimez la taille du marché et la part que vous pourriez vous approprier, il y a là encore deux méthodes : top down et bottom up. Avec l’approche top down, vous déterminez la taille totale et estimez la portion que vous pourriez rafler. Avec l’approche bottom up, vous définissez où sont vendus des produits comparables, combien il en est venu et quel pourcentage de ces ventes vous pourriez prendre. La version bottom up permet davantage de conservatisme dans les estimations.

  1. Quel est votre progrès ?

Ce qu’il faut essayer de faire comprendre ici, c’est la vitesse à laquelle vous travaillez. Quel est le ratio entre ce que vous avez fait et le temps que vous avez mis pour le faire.

Le but est de laisser une impression avec la quantité de tâches accomplies dans le temps imparti. Cela s’applique à un recul de 10 jours comme  de 10 ans. Mettez l’accent sur le développement produit et celui de la clientèle et ensuite seulement sur la levée de fonds ou le développement des affaires.

  1. Quel est votre USP (unique selling proposition), votre unicité ?

C’est la même question que vous connaissez peut-être déjà : « Quel problème résolvez-vous ? », mais la barre est un cran plus haut. Ce que vous devez essayer de faire comprendre, c’est ce que vous savez du problème que tout le monde ignore. Cela découle généralement de nombreux échanges avec les clients, d’une analyse poussée des produits existants sur le marché et souvent de l’expérience personnelle. Votre connaissance du marché et votre perspective sont l’occasion d’apprendre quelque chose à l’investisseur, davantage que simplement ce que fait votre société.

  1. Quel est votre business model ?

Il y a deux types de startup : celles qui savent comment elles vont faire de l’argent et celles qui n’ont pas encore répondu à cette question. En général, si vous être dans la deuxième catégorie, vous ferez de l’argent en grandissant et en générant des recettes publicitaires ou alors vous allez copier le modèle d’affaires prédominant dans votre secteur. Pour une partie minime d’entreprises dans la deuxième catégorie, vous proposerez un nouveau modèle d’affaires qui aura du sens étant donné la manière dont votre produit a changé le marché – le freemium est un bon exemple.

  1. Qui y’a-t-il dans votre équipe ?

Ce qui intéresse la plupart des investisseurs : Combien de fondateurs ? Y a-t-il un des fondateurs avec un bagage technique ? Depuis combien de temps vous connaissez-vous ? Est-ce que tout le monde travaille à temps plein ? Quelle est la répartition des parts entre les fondateurs ?

N’oubliez pas de mentionner si vous avez des références qui méritent vraiment de l’être.

  1. Qu’est-ce que vous voulez ?

Pas besoin de tourner autour du pot. Si vous voulez qu’ils investissent, demandez. Si vous avez des questions, demandez. matchINVEST existe dans l’optique de vous faciliter ces tâches !